• Accueil
  • > Edito
  • > Edito du 08/02/2012 (un peu en avance , dédicace à jn)

Edito du 08/02/2012 (un peu en avance , dédicace à jn)

Peut on être riche quand on est de gauche?
Vaut il mieux être riche ou pauvre pour pouvoir prendre le pouvoir à gauche?
Plus simplement est ce que la parabole du mauvais riche et du pauvre lazare prend corps aujourd’hui au sein de la politique Française, à savoir qu’il devient impossible, voir rédhibitoire pour un homme politique de Gauche d’être riche?
La richesse deviendrait donc un fardeau pour l’homme qui voudrait rendre dans l’action politique ou publique les choses gagnées dans sa vie personnelle. Ne faudrait il pas plutôt parler d’égoïsme comme qualificatif? Un homme quelque soit sa position sociale ne devrait pas pouvoir se dire ou être de gauche tout en étant lui même d’un égoïsme farouche. Mais celui ci ne pourrait être de droite non plus car un homme politique doit avoir le bien commun comme seule prérogative. Etaler sa richesse, faire valoir ses relations, nier l’empathie, sont des propensions que nous voyons malheureusement souvent chez nos hommes politiques, pourtant entourés par des cohortes de communicants et des armées de stratèges plus intelligents les uns que les autres…
Alors comment expliquer de voir M. Sarkozy dans un yacht, trinquant à sa victoire dans des verres en cristal de baccarat? Comment expliquer que M. Hollande accompagné du donneur de leçon et vertueux BHL déjeunent sereinement dans l’un des plus cher restaurant parisien (140 euros l’entrée)? Ce n’est pas les faits en eux mêmes qui choquent, c’est l’indécence de ces gens là qui frise le drame humain.
Ces mêmes personnes qui viendront vous dire qu’il n’aime pas les riches, qu’il faut combattre le système financier qui corrompt l’âme humaine, qu’il faut travailler plus pour gagner plus, qu’il faut aimer son prochain, qu’il ne faut plus boire de vin ou de soda et qu’il faut crier Vive le Roi quand ils passent sous nos fenêtres…
L’idée et l’idée de l’idée dirons nous. L’argent roi a de beau jour devant lui, que le futur président soit de gauche ou de droite.
Parler du pauvre peuple qui se meure à la fois d’inquiétude et de désespérance, en trempant ses mouillettes dans du caviar manque cruellement de sens.

Qu’ils soient riches, peut importe! qu’ils soient entourés par des amis riches, peut importe! Mais qu’ils soient tous, les uns et les autres, à la fois assez stupides pour nous donner cela en spectacle et assez indécents pour ne pas considérer que cela est important, devient insupportable et ridicule.
Alors oui la richesse personnelle importe peu dans l’action politique, les mécanismes de redistribution, la justice sociale, la compétitivité pouvant être mis en place, réformés par un homme riche, de gauche ou de droite.

C’est son intention première qui compte, s’occuper de la nation quoi qu’il en coûte ou s’occuper de son « enrichissement » personnel quoi qu’il en coûte à la nation (de relation, réseau, pouvoir et pas seulement financier).
La notion de richesse, me direz vous, est toute relative. Je peux subvenir à mes besoins jusqu’à la fin de la semaine, je suis en cela plus riche que celui qui ne sait pas si il mangera ce soir.
Comme l’écrivit l’apôtre Paul : « Ceux qui veulent s’enrichir, tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition ».

Je ne sais pas si ce sont les tentations qui ont fait tomber nos nations dans la ruine, ou simplement la tentation de quelques uns pour le mal de tous.

 

Laisser un commentaire