Edito du 02/02/2012

Le printemps arabe…départ des dictateurs et arrivée du diktat religieux, libération du peuple par le peuple et islamisation radicale…il est bien difficile de savoir ce que sera l’avenir dans les pays de ce printemps pourtant si prometteur, nous devons toujours avoir l’espoir que l’autodétermination d’un peuple passe par des moments de doute impliquant des erreurs mais que c’est la liberté qui en sort grandit au terme d’un certain de gestation.
Pouvons nous nous présenter en donneur de leçons? Devons nous mettre en garde pour éviter l’avènement des extrémistes religieux au sein de ces pays nouvellement libérés? Ce sont des questions qui finalement ne nous regardent pas directement, libres et souverains ces pays ont bien le droit à leurs propres égarements, si, bien entendu, ces turbulences ne touchent en rien d’autres pays.
Car l’islamisation radicale se doit de rester dans les frontières des pays musulmans et aucun cas leurs questionnements identitaires et religieux ne doivent s’étendre hors de ces pays, pays souverains certes mais la souveraineté s’arrête aux frontières.

Pour exemple simple et non polémique, construire des mosquée en France est bien entendu nécessaire car chacun des citoyens Français doit pouvoir pratiquer son culte en toute liberté, par contre il ne faut en aucun cas accepter la construction de mosquée financée par des associations prônant des valeurs totalement en désaccord avec notre pacte démocratique et républicain.
Tout autant les groupuscules du type « Forsane Alizza » n’ont pas leur place dans des pays civilisés et démocratiques car ils ne prônent que la violence et la haine. Les cavaliers de la fierté comme ils se font appeler, après quel succès galopent ils? Ils sont apparus médiatiquement tandis qu’ils étaient censés s’opposer à un pasteur Américain voulant brûler le Coran…je ne juge pas l’insulte en elle même car bien entendu brûler n’importe quel livre fait ressurgir en nous nos propres souvenirs d’idées nauséabondes mais quand on voit qu’eux même proposent la mise en place de la charia en France, qu’ils sont des antisémites avérés, qu’ils lapideraient une femme adultère mais qu’ils ne condamnent jamais les viols et les actes violents faites sur les femmes, nous pouvons légitimement les mettre au ban de la nation. La chrétienté a eu ses croisades en son temps, l’inquisition comme exemple de ce que la religiosité extrémiste prône et donne comme spectacle, aujourd’hui l’islam se cherche et nous donne à voir son côté obscur. La lecture des textes sacrés et leur interprétation par des fanatiques, le manque cruel d’esprit critique et de culture des croyants, leur misère réelle et intellectuelle décidée et organisée par les régimes s’étant succédés pendant des décennies, donnent aujourd’hui une pratique et une lecture de la religion perverties par l’Homme.
Aujourd’hui critiquer le fanatisme devient du racisme, alors que c’est dans cette critique, dans cette lutte quotidienne contre les extrêmes arriérés aux idées d’un autre âge, que les religions retrouveront leur place dans nos sociétés. Celle du culte, de la foi et de la vertu, loin de la haine que prônent certains activistes aujourd’hui.

Comme pour les catholiques opposés à la contraception ou à l’IVG, la lutte doit se faire à visage découvert et sans idéologie stupide. En cela que chaque croyant doit apprendre, comprendre et critiquer non pas la religion en elle même mais les hommes par qui elle leur est transmise.

Laisser un commentaire