Edito du 15/01/2012

Au feu les pompiers, v’là la maison qui brûle ! au feu les pompiers, V’là la maison brûlée !
C’est pas moi qui l’ai brûlée, C’est le socialiste, C’est pas moi qui l’ai brûlée, C’est le gars de l’UMP.
En période de tempête, d’incendie, d’émeute, la société doit trouver le capitaine, le chef des pompiers, le responsable de la police prompt à protéger et servir la nation. Quel sera notre phare dans la tourmente, notre bâton de pèlerin pour nous soutenir, notre lumière pour nous redonner l’espoir?

Il n’est pas simple aujourd’hui de répondre à cette question pourtant cruciale, le discours politique est à ce point creux qu’il est difficile de trouver le visage du père de la nation dans tant de vacuité.
Le parti socialiste qui met en avant si peu d’idées nouvelles, qui campe sur ces positions d’hier et qui est incapable de mettre en avant son programme. Se rapprochant certainement de celui de la droite, ce sont sur les propositions sociétales que le parti du ventre mou compte montrer sa différence…cultiver sa différence et ainsi perdre sa crédibilité face aux questions de fond qui animent la société Française depuis trentes années.

Les politiques parlent d’instrumentalisation de l’immigration, de la stigmatisation de certaines communautés, de la ghettoïsation voulue…le parti socialiste met en avant le vivre ensemble. Mais cela fait déjà bien longtemps que le vivre ensemble est une belle parole mais qu’il n’est plus possible, rendue mprobable par les différentes politiques menées depuis vingt ans. Ce que les Français ne veulent plus, ce n’est pas
tant l’immigration mais le peuple Français qui se délite selon les lignes de force religieuses, culturelles et sociales. Le racisme est toujours plus présent mais tandis que les bonnes vieilles associations comme Touche pas à mon pote ou SOS racisme se cantonnent à monter aux créneaux dès qu’un blanc montre du doigt un noir, un beur ou autre,  ils ne bronchent pas quand des chanteurs de rap, bien souvent d’une nullité affligeante scandent des propos orduriers et racistes anti blancs…on ne les entend pas sur le sujet…j’aimerai voir leur réaction si un petit rapeur blanc chantait des choses à la façon du groupe Smala mais sur les beurs, cela pourrait donner:
« Quand le macro prend le micro, c’est pour niquer ma France, Guerre raciale, guerre fatale, œil pour œil dent pour dent organisation radicale, par tous  les moyens il faut leur niquer leurs beurettes c’est toi qui perds….Flippent pour ta femme tes enfants pour ta race…on est chez nous ici et c’est vous qu’on va mettre dehors ».
Nous entendrions des contestations de toutes parts, des appels à l’amitié entre les peuples…nous payons toujours notre passé colonial et notre amour du mea culpa ad vitam. Condamnons le racisme quel qu’il soit et réapprenons les valeurs qui sont les notres et nous commencerons peut être à avancer dans le même sens dans une France laïque, libre, égale et fraternelle.

 

Laisser un commentaire