Edito du 09/01/2012

Battons la campagne les amis, marchons dans les traces de nos illustres prédécesseurs, allons donc à Jarnac chercher l’inspiration profonde et la force de l’esprit Mitterandien…à court d’idée le Hollandais volant nous ressert la recette nostalgique de la rose à peine éclose et pourtant si vite fânée…
Une journée en Corrèze, une journée à Jarnac, des déplacements stratégiquement gagnés d’avance mais toujours à même d’être ponctués par quelques déclarations profondes et éclairées…En Corrèze il qualifie l’extrème droite de parti ennemi de la République en égratignant au passage ces électeurs prêt à donner leurs voix à ces extrémistes, ces mêmes électeurs qu’il voudrait charmer à tout prix…prenez donc une gifle de ma main droite tandis que ma gauche vous étreint déjà.
Le lendemain tout sourire il déclare que le père Mitterand avait un grand secret: aimer la France…Il aima à tel point qu’il se fit ami de rené Bousquet et reçu la francisque des mains du maréchal Pétain…certaines nostalgies devraient se taire à jamais. Laissez les morts à leur tombeau, ils empestent notre présent.
Espérons que François H ne suive pas de trop près les traces laissées par François M dans l’histoire, tant de controverses le poursuivent: Attentat de l’observatoire, les irlandais de Vincennes, les écoutes téléphoniques, la mise en orbite de l’extrème droite et j’en passe. Le parti socialiste devrait enfin faire table rase du passé en soulignant les errances, les erreurs et les compromissions plutôt que de vouloir toujours faire mine de s’en inspirer.
Les Français sont las de tant d’inconstance de la part d’un parti qui devrait pourtant représenter tant d’espérance et comme disait Dostoïevski « Vivre sans espoir, c’est cesser de vivre ».

Laisser un commentaire